Le site fédéral | www.liguefc-fat.org |  18 février 2018 | Télécharger Flash player
 

Dôka de Morihei Ueshiba

Comme la plupart des maîtres japonais, Morihei Ueshiba utilisait des dôka, « chants de la voie » pour présenter son enseignement. Les dôka sont des poêmes ayant une haute portée spirituelle, organisés selon le schéma japonais traditionnel des vers, waka, à 5-7-5-7-7 syllabes.
 
[11] Koe mo mizu
Kokoro mo kikaji
Tsurugiwaza
Yo o hajimetaru
Kami ni naraite
Ni voix à voir
Ni coeur à entendre
Techniques absolues
À l’origine le monde
A tout appris des Dieux.
 

L'Essence de l'AïkidoCette dôka est tirée de l'ouvrage L'Essence de l'Aïkido. L'enseignement spirituel du fondateur de l'aïkido, Morihei Ueshiba, réuni et commenté par John Stevens, BUDO Éditions, octobre 1998. L'aïkido est à l'image et la pensée de son fondateur. Maîtriser l'aïkido, ce n'est pas seulement connaître les techniques et évoluer aisément sur le tatami, c'est surtout pénétrer et comprendre « l'univers Ueshiba ». Un livre indispensable à votre bibliothèque.
Une des éditions des dôka de Morihei Ueshiba était ainsi préfacée : « Ceux qui pratiquent l'aïkido ne doivent jamais oublier que l'enseignement doit passer par leur propre corps. Gardez constamment à l'esprit l'acte divin de la création, du commencement à la fin, et laissez-vous éternellement conduire par l'enseignement des dieux. Faites de l'univers entier votre dôjô. Là réside le sens profond du budô. »

 

Paroles du fondateur

Morihei UeshibaLes paroles de Morihei Ueshiba sont tirées de l'ouvrage de Kisshômaru Ueshiba, La pratique de l'Aïkido, Budo Éditions, janvier 2000, Noisy-sur-École (77). Écrit par le fils, aujourd'hui décédé, cet ouvrage reste fidèle aux préceptes du créateur. Il se veut clair, précis. Il puise à la source du savoir originel. Il reste une référence pratique héritée au premier rang. Un livre simple, en phase avec le monde moderne, d'une grande richesse technique et philosophique.
[15] Morihei Ueshiba« Lorsque quelqu’un me demande si les principes de mon budô s’inspirent de la religion, je lui réponds : « Non ! ». Les principes de mon budô, en ce qu’il a de vrai, éclairent les religions et les conduisent vers l’accomplissement. »
 

Agenda